FONDÉ SUR LE RAPPORT INTIME AU CORPS, CE SPECTACLE EST L'EXPRESSION D'UN ENVIRONNEMENT INFRA-MINCE QUI NOUS CONCERNE TOUS :

UN ESPACE VITAL, QUI NOUS TRANSFORME ET NOUS QUESTIONNE.

PEAUX - TROISIÈME HYMNE EST UNE EXPÉRIENCE SOUS MICROSCOPE

© Michel Leray_Graphisme Christian Kirk Jensen 

MIRAGES, PAYSAGES CORPORELS, SURGISSEMENTS ET FULGURATIONS DE CHAIR, LE VÊTEMENT COMME EXCROISSANCE...UN HYMNE

PEAUX, NOS PEAUX, DES PEAUX, LES PEAUX DANS UN ÉCOSYSTÈME PRÉSENT DEPUIS DE MILLIERS D'ANNÉES.

PEAUX ROMPTS LA TRANQUILITÉ DU MOMENT POUR FAIRE NAÎTRE LE POUVOIR DE PEAUX, DE NOS PEAUX, DES PEAUX À LA

 

REDÉCOUVERTE DE L'INTIME.

PIÈCE POUR 7 DANSEURS
Direction artistique/Chorégraphie : Zoë De Sousa
 
Création sonore : Philippe De Sousa
 
Création lumière : Sophie Lepoutre
 
Collaboration Cinématographique : Michel Leray
 
Administration/Production : Claudia Poulsen
 
Avec les danseurs : 
Marie Albert_Lola Potiron_Esteban Appesseche_Morgan Bonis_Salomé Rebuffat_Galaad Kenouillère_Pierre Lison
Production : 
Théâtre Hommes de Terre
CNSMDP 
 
Avec le soutien de : 
La Ville de Paris
CNSMDP
L'Espace Pasolini Valenciennes
 
Remerciements :
Sylvie Huygevelde
Théâtre Jacques Prévert Aulnay-sous-bois
Centre Dramatique National Théâtre de la Commune Aubervilliers 
Mains d'Oeuvres Saint-Ouen
REPRÉSENTATIONS
8 Janvier 2021 Scène Nationale de Orléans
 
7/8/9 Avril 2021 Théâtre de Verre Paris 
La Distillerie 5 représentations_A définir
RÉPÉTITIONS _ RÉSIDENCES
23/24 Septembre 2020 Théâtre de Aulnay-sous-bois
26 Septembre 2020 Théâtre de la Commune 
Centre Dramatique National de Aubervilliers
27 Septembre 2020 Mains d'Oeuvres Saint-Ouen
25 Octobre 2020 CNSMDP
1 et 8 Novembre 2020 CNSMDP
Du 17 au 20 décembre 2020 Pasolini Valenciennes
CNSMDP
Du 12 au 15 Avril 2021 Pasolini Valenciennes Répétitions publiques et ateliers

INTENTIONS DE PEAUX

 

La pièce met en scène un écosystème où les corps sont là depuis des milliers d'années.

Ils se décomposent mais ils existent tels des roches sentinelles au bord de la mer.

C'est un paysage immobile où chaque cellule compte. A cela se juxtapose un autre espace vital :

celui de l'intimité du corps.

 PEAUX_Troisième Hyme est une expérience obsessionnelle sous microscope.

C'est une mise en lumière de notre épiderme, de notre chair, de nos fondations.

Les corps sont soulevés par la lumière, ce médium qui structure, révèle, dissimule et compose.

Il s'agit d'une analyse de l'enveloppe matérielle et spirituelle de nos conditions.

Nous avons la sensation d'une urgence dans l'immobilité, d'un élan vital découpé au sécateur.

C'est l'expression de l'énergie dévorante de notre intimité, vécue dans une temporalité en distorsion.

PEAUX est un assemblage de mirages, de moments qui naissent pour s'évanouir aussitôt.

Les apparitions comprennent plusieurs dimensions.Des apparitions scénographiques par l'installation

de paysages corporels

Des apparitions charnelles par la révélation de la peau

Des surgissements et des fulgurations de chair

Le vêtement est utilisé à la fois comme une excroissance, une seconde peau, mais aussi comme un outil permettant de jouer graphiquement avec le corps nu blanc et le noir de l'obscurité.

 

Peaux - Troisième Hymne est le fruit d’une poursuite du projet PEAUX, qui réunit plusieurs ébauches fondatrices

 

PEAUX EST LE FRUIT D'UNE POURSUITE DE PROJET PEAUX, qui réunit plusieurs ébauches fondatrices : 

PEAUX _ DEUXIÈME HYME PEAUX _ ENTRE DEUX HYMNES

INTENTIONS DE ZOÉ De SOUSA CHORÉGRAPHE

" CE QUI M'INTÉRESSE, C'EST M'APPROCHER AU PLUS PRÈS DU TRAITEMENT DE LA PEAU ET DE LA CHAIR " . ZOÉ DE SOUSA

 

" C'est en abordant la pratique du modèle vivant que l'expérience de se mettre à nu traverse l'histoire :
qu'elle soit un outil politique et militant ou bien un sujet esthétique et symbolique. La figure nu reste une constante. 
Aujourd'hui, le corps se soumet à une pluralité de formes : il est instrumentalisé, rationalisé capitalisé, virtualité, idéalisé, politisé. Aussi, je ressens la nécessité de renouer avec mon corps et de le questionner dans son intimité.
Le corps nu, c'est un état de nature et aussi un corps intime à soi. En tant qu'interprète, la mise à nu de son intimité propre reste un défi. Qu'est-ce que l'on cache et qu'est-ce que l'on dévoile sur scène ?
Cette question majeure dans l'interprétation prend tout son sens dans l'effeuillage introspectif.
Cette recherche de création est une mise à nu des interprètes à la fois littérale et symbolique.
Pour ce faire, l'interprète doit se connecter à l'intimité de son corps et s'y recueillir.
Ce qui m'intéresse, c'est m'approcher au plus près du traitement de la peau et de la chair.
C'est avec NEONS de Philippe Saire, puis ensuite avec les mises en scène de Séverine Chavrier que m'est venu l'idée essentielle de la pièce : la lumière et le rythme révèlent la texture et la singularité des peaux. avec des cuts, j'entrecoupe des situations de corps comme le ferait un monteur avec une bande cinématographique.
La pièce est constituée de mirages qui se chevauchent. Ce sont plusieurs histoires qui se répètent
et s'entremêlent les unes aux autres pour parler de la même chose : la révélation du cours intime et sensible."
TRAMES DE PEAUX : RYTHMIQUE LUMIÈRE ET CRÉATION SONORE 
 
TRAMES RYTHMIQUE
La trame de la pièce présente l'apparition de plusieurs situations. L'ordre dans lequel ces dernières interviennent répond à une logique où les narrations possibles se chevauchent. Certaines se répètent, d'autres se poursuivent...
Il s'agit d'un travail axé sur le détail des corps, de l'architecture, de l'environnement et de ses reliefs.
Par le rythme discontinu, la rupture ou la disparition, aucune situation n'a de fin et pourrait possiblement se répéter à l'infini. Le geste dansé est continuellement en train de naître et de mourir à la fois.
Tout cela permet une nouvelle perception narrative. 
 
LA PARTITION repose sur trois types de situation qui sont les piliers de la partition : 
SITUATION INERTE
SÉQUENTIALITÉ ÉTATS
COUVRE DÉCOUVRE
 
Aux piliers de la partition se greffent d'autres situations dites stables comme la danse du ventre et les os longs.
Il y a aussi des variations des situations principales, des exceptions, ou des extensions telle que :
POSE ASPHIXIÉE * DÉCOUVREMENT * NOÉMIE ALLONGÉE * ÉVEIL DE LUCIE * BOUSCULE * SITUATION ENTREMÉLÉE *                 SITUATION ORIGINE * INERTE 1BIS *
OS LONGS DÉVERSEMENT
TRAMES DE PEAUX : RYTHMIQUE LUMIÈRE ET CRÉATION SONORE 
 
TRAMES RYTHMIQUE
La trame de la pièce présente l'apparition de plusieurs situations. L'ordre dans lequel ces dernières interviennent répond à une logique où les narrations possibles se chevauchent. Certaines se répètent, d'autres se poursuivent...
Il s'agit d'un travail axé sur le détail des corps, de l'architecture, de l'environnement et de ses reliefs.
Par le rythme discontinu, la rupture ou la disparition, aucune situation n'a de fin et pourrait possiblement se répéter à l'infini. Le geste dansé est continuellement en train de naître et de mourir à la fois.
Tout cela permet une nouvelle perception narrative. 
 
LA PARTITION repose sur trois types de situation qui sont les piliers de la partition : 
SITUATION INERTE
SÉQUENTIALITÉ ÉTATS
COUVRE DÉCOUVRE
 
Aux piliers de la partition se greffent d'autres situations dites stables comme la danse du ventre et les os longs.
Il y a aussi des variations des situations principales, des exceptions, ou des extensions telle que :
POSE ASPHIXIÉE * DÉCOUVREMENT * NOÉMIE ALLONGÉE * ÉVEIL DE LUCIE * BOUSCULE * SITUATION ENTREMÉLÉE *                 SITUATION ORIGINE * INERTE 1BIS *
OS LONGS DÉVERSEMENT

LUMIÈRE

Sophie Lepoutre

Dans cette pièce, la lumière a autant d’importance que la danse. L’écriture de l’une n’existe pas sans l’autre.
Ainsi le rythme général est donné par la programmation de la lumière.Dans un soucis pratique, nous utilisons
la même ambiance lumineuse pour toute la pièce : celle ci est froide, et révèle un contraste de la peau nue
par rapport à l’obscurité. On évite les projecteurs traditionnels afin qu’il n’y ait pas d’inertie lors de chaque cut..

CRÉATION SONORE PHILIPPE DE SOUSA

COMPOSITEUR INTERPRÈTE

http://philippedesousa.com
La texture du son résulte de l'association d'une guitare portugaise, d'une contrebasse et d'une voix.
Ces trois instruments exécutent le même motif. Seule la tonalité change. La superposition des sonorités ou leur décalage permet de donner des sensations d'enveloppement ou d'irrégularité. Le son s'étend sans jamais finir.
Par ailleurs, la répétition du motif est ambivalente. Elle peut suggérer par exemple une sirène d'alarme ou bien des montras de moines tibétains. Nous pouvons percevoir en même temps l'urgence et la tranquillité.
PHILIPPE DE SOUSA Son premier instrument est la guitare classique qu'il apprend d'abord en autodidacte,
puis aux côtés de JUAN CEDRÓN. Il s'initie à la contrebasse et à d'autres instruments à cordes (Cavaqhinho, rajāo, guitare fretless...) avant de se révéler dans la guitare portugaise. A Lisbonne, il devient l'élève du guitariste CARLOS GONÇALVES, qui a été pendant plusieurs années l'accompagnateur de la célèbre chanteuse AMÁLIA RODRIGUES.
Pendant ses études de musicologie à l'université Paris 8, il s'introduit dans le milieu du Fado traditionnel à Paris,
ce qui lui donne l'occasion d'accompagner les " fadaises " qui se produisent en France.
Tout en conservant son activité guitariste de Fado, il partage de nouvelles expériences avec des musiciens d'horizons différents.
( Bévinda-Portugal, cuarteto Cedron-Argentine, Lulendo_Anglo, Alima-Algérie, Dan In-ger-Blues, Dani Selva-Brésil, etc...)
EXTRAIT VIDÉO PEAUX AU CNSMDP
Images : Michel Leray. Danseurs : Marie Albert_Noémie Langevin_Loïc Aymé_Madeline Tual_Lucie Domenach_Esteban Appesseche_Morgane Bonis

© 2020 by ASSOCIATION THÉÂTRE HOMMES DE TERRE_ THT_SIRET 43947596300054 APE 9001Z LICENCE N°2_106.07.17